Gabriel Pages

Gabriel et Sandrine Pagès

Apiculteurs

Le producteur

«L’apiculture est un travail d’anticipation. Il faut toujours être attentif aux évolutions de la nature et savoir s’y adapter. »

Un terroir

Un apiculteur engagé et passionné


Gabriel n’était pas destiné à l’apiculture. Il commence sa vie professionnelle en tant que pompier professionnel, travail stressant qu’il mettra finalement de côté pour se tourner vers le miel. Dans un premier temps un hobby, l’apiculture deviendra finalement son métier et sa passion. Il reprend l’exploitation de son oncle d’abord en apprenant sur le tas, puis il ressent la nécessité d’une vraie formation. Fort d’apprendre et d’échanger, il s’entoure d’associations et de regroupements autour de l’apiculture. Il bénéficie alors d’échanges quotidiens avec ses confrères autour des techniques, de l’élevage, de la transhumance, qui lui permettent de s’améliorer au jour le jour. C’est aussi par ce biais qu’il combat l’isolement des agriculteurs, qu’il lève ses angoisses et ses doutes dans un secteur constamment en évolution. Le meilleur côté de son métier : être libre, dans la nature et apprendre tous les jours de ses abeilles.


La transhumance au cœur de son métier


Notre apiculteur travaille en transhumance, c’est à dire qu’il se déplace avec ses ruches dans toute l’Auvergne afin de faire profiter les abeilles des meilleures floraisons pour leurs miels. Chaque miel est un hommage à sa région. Il transhume en une seule fois, c’est à dire qu’il récupère toutes ses ruches et les déplace en même temps afin de limiter son empreinte carbone et d’éviter les trajets inutiles ! Les abeilles ont besoin de travailler en permanence pour donner des ruches dynamiques qui donnent les meilleurs miels, c’est donc pour cela qu’il s’attache à leur fournir constamment et au fil des saisons, les meilleurs environnements avec les meilleurs pollens et nectars. Il met ses ruches en hivernage dans des plaines à 200 et 300 mètres d’altitude près des aubépines et des acacias, une autre partie de la transhumance va vers les châtaigniers et les sapins. Son métier lui permet aussi de travailler dans un bureau hors norme, en pleine nature, et de redécouvrir à chaque saison des paysages à couper le souffle. Par exemple, La Godivelle, un petit village très typique de la région situé à 1200 mètres d’altitude profite d’une nature intacte et d’une faune épatante qui lui donne des miels délicieux.


Un gardien de la biodiversité


En suivant le cycle de l’abeille, Gabriel met un point d’honneur à respecter ses animaux, leur bien être, mais aussi l’environnement en travaillant au rythme de la nature. Passionné, il fait analyser le miel qu’il récolte afin d’avoir des informations précises sur les pollens butinés par ses abeilles qui peuvent changer d’année en année. Sur une même ruche laissée au même endroit, si l’année dernière, il a eu du miel de framboise, cette année, ses abeilles lui ont donné du miel de trèfle blanc ! Toute la beauté de la nature est visible à travers ses miels. Il fait aussi analyser les cires présentes dans les ruches qui sont de véritables éponges de l’environnement et absorbent tout ce qui se trouve dans l’air. Il suit alors d’encore plus près l’évolution de la nature et des environnements dans lesquels vivent ses abeilles. Il est aussi très positif quant à l’avenir : son métier d’apiculteur est en pleine évolution et bénéficie d’aide et de conseils de techniciens travaillant dans des associations qui facilitent leurs journées. Plus aucun doute sur le fait que les apiculteurs comme Gabriel sont aujourd’hui les gardiens de l’environnement !

Auvergne

Les produits

Accept

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation sur le site vous acceptez les cookies